Des Chiffres qui Font Réfléchir

Le nombre de femmes sous tranquillisants a doublé en dix ans en Wallonie.

Et non, la prescription n'est pas la seule solution à la souffrance psychique.

Extraits du journal Le Soir du Mardi 23 Mars 2010

L'ESSENTIEL

  • Une Wallonne sur six consomme des tranquilisants.
  • Chez les Flamandes, c'est l'usage des somnifères qui a été multiplié par deux en dix ans.
  • Les Bruxelloises sont les premières consommatrices d'antidépresseurs.
  • Ministre de la Santé, Laurette Onkelinkx (PS) annonce une "véritable offensive" contre la surconsommation de psychotropes.

Les habitantes du Luxembourg belge consomment deux fois plus de psychotropes que les limbourgeoises.
On savait la Wallonie plus friande de médicaments psychoactifs.
On n'imaginait pas de telles divergences sous-régionales.

L'Institut scientifique de santé publique (ISP) a mis en ligne les résultats provinciaux de la vaste enquête fédérale de santé de 2008. En Wallonie, une femme sur 6 (15,8%) consomme des tranquillisants. Leur proportion a plus que doublé en dix ans. En Flandres, c'est l'usage des somnifères qui est multiplié par deux (12,7 % des femmes s'en voient prescrire, contre 5,6 % en 1997)
La capitale, elle , est en tête au rayon des antidépresseurs : 9 % des Bruxelloises en consomment, contre 8,4 % des Wallonnes et 6,5 % des Flamandes. ...

...."Les femmes sont les principales consommatrices de psychotropes, les hommes trouvant d'autres exutoires, à commencer par l'alcool, commente le Dr Marc Ansseau, professeur de psychiatrie à l'ULg. Les facteurs de risque sont connus : un milieu social défavorisé, un faible niveau d'instruction, des revenus modestes, la solitude... Autant de critères qui expliquent que les régions plus affectées par la crise enregistrent un taux plus élevé de prescriptions de psychotropes".

La ministre fédérale de la Santé, Laurette Onkelinx (PS) annonce "une véritable offensive pour prendre en charge autrement les difficultés qui conduisent à une surconsommation de psychotropes".

Elle a réuni mardi dernier, les représentants des généralistes (principaux prescripteurs), des sociétés scientifiques de médecine générale, et de l'assurance-maladie (Inami) afin d'élaborer un plan visant à limiter notamment chez les séniors et les enfants, la consommation d'antidépresseurs, d'antipsychotiques, de benzodiazépines, de somnifères...

"La Belgique est un des pays qui prescrit le plus, loin devant les Pays-Bas ou le Royaume-Uni. On peut améliorer la qualité du diagnostic ey des prescriptions concède Marc Ansseau, mais il faudrait aussi améliorer la prise en charge psychologique, qui est mal remboursée, et d'avantage former les médecins à faire face à la dépression".

Extraits du journal Le Soir du Mardi 23 Mars 2010

Samedi 27 mars 2010
Catégorie: Livres

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016