Heurt et malheur du perfectionnisme

Renoncer à vouloir être parfait pour commencer à devenir soi-même, et pour oser s’aimer soi-même. Dans son ouvrage "Cessez d’être parfait, soyez vous même", la psychologue Brené Brown aborde la notion de perfectionnisme. Un comportement qu’elle comprend, qu’elle embrasse pleinement, elle qui est, dans la vie, une perfectionniste. Mais, qu’est-ce qu’au juste que le perfectionnisme ?

Brené revient sur les croyances qui entoure le "perfectionnisme", avant d’en dévoiler une longue, et pertinente acception.

Perfectionnisme, quelques idées reçues

  • "Ne confondons pas être perfectionniste et s’efforcer de donner le meilleur de soi-même. Le perfectionnisme ne vise pas une saine réussite. Il est la croyance selon laquelle si vous avez une vie, un look et un comportement parfaits, vous pouvez réduire considérablement, voire éviter la souffrance liée aux reproches, aux jugements et à la honte. Le perfectionnisme est un bouclier pesant que vous trimbalez en pensant qu’il va vous protéger, alors qu’en réalité il vous empêche de prendre votre envol."
  • "Ne confondons pas perfectionnisme et développement personnel. En étant perfectionniste, vous ne cherchez pas à vous améliorer, mais à obtenir l'approbation et l'acceptation des autres. La plupart des perfectionnistes ont reçu une éducation où ils étaient félicités pour leurs bons résultats (bonnes notes, bonnes manières, respect des règles, apparence irréprochable, bonnes performances sportives, etc.). Un jour ou l’autre, nous adoptons ce système de croyances dangereux et aliénant: je suis ce que j’accomplis et avec les résultats qui sont les miens - autrement dit, je m’identifie à mes réussites ou à mes échecs. Aptitude à plaire. Performance. Perfection. Vos efforts sains d’amélioration de vous-même sont focalisés sur vous (comment puis-je m’améliorer ?), alors que le perfectionnisme est focalisé sur les autres (que vont-ils penser ?)"

 

"Il est essentiel de comprendre la différence entre l’aspiration sincère à être mieux ou à faire mieux et le perfectionnisme pour déposer le bouclier à terre et prendre sa vie en main", explique Brené Brown avant de renchérir: "Le perfectionnisme entrave la réussite, mène souvent tout droit droit à la dépression, à l’anxiété, et à l’addiction et la paralysie de l’existence (soit toutes les opportunités que nous ratons parce que nous avons trop peur de faire voir au monde quelque chose d’imparfait) (...) Les perfectionnistes sont terrorisés à l’idée de prendre des risques car leur estime personnelle est en jeu."

Perfectionnisme, une définition

Et à Brené Brown de dévoiler sa définition du perfectionnisme.

  • "Le perfectionnisme est un système de croyances autodestructeur et addictif qui alimente la pensée initiale suivante: si mon apparence, ma vie et mes actions sont parfaites, je peux éviter ou, du moins, réduire considérablement les sentiments douloureux liés à la honte, au jugement et aux reproches."
  • "Le perfectionnisme est autodestructeur tout simplement parce que la perfection n’existe pas. La perfection est un objectif inatteignable. De plus, le perfectionnisme s’attache à la perception - nous voulons être perçus comme parfait. Or, là encore, l’objectif est inaccessible car il est impossible de contrôler la façon dont les autres nous perçoivent, même avec beaucoup de temps, d’énergie et d’efforts."
  • "Le perfectionnisme est addictif parce que, quand nous nous sentons honteux, jugés et accusés (ce qui arrive inévitablement dans la vie), nous sommes convaincus que c’est parce que nous n’étions pas assez parfaits. Alors, au lieu de contester la logique défaillante du perfectionnisme, nous redoublons d’efforts pour vivre, paraître et faire tout comme il faut."
  • "Nous sentir honteux, jugés et accusés (et la peur de ces sentiments) est une réalité de l’expérience humaine. En réalité, le perfectionnisme accroît nos chances d’éprouver ces émotions pénibles et suscité des comportements auto-accusateurs: "c’est ma faute. Si je me sens mal, c’est parce que je ne suis pas à la hauteur."

 

Le perfectionnisme s'inscrit, souvent, dans une continuité: plus que de dire qu'il y a des personnes perfectionnistes, et d'autres qui ne le sont pas; mieux vaut parler de tendances perfectionnistes. Qui se déclarent plus ou moins fréquemment: de façon "épisodique" pour certaines personnes, et de façon "chronique" pour d'autres. "Explorer nos peurs et modifier notre dialogue intérieur constituent deux étapes essentielles pour nous débarrasser de nos tendances perfectionnistes," affirme Brené.

Sortir du perfectionnisme pour se diriger vers l'accomplissement sain. Comment empêcher le perfectionnisme de saboter tous nos efforts ? Avoir le courage, au quotidien, d'accepter nos imperfections, de les acceuillir avec bienveillance, et d'en parler avec sincérité, ne pas se juger ni juger les autres...

Nous approprier notre histoire peut-être difficile, mais pas autant que de passer notre vie à la fuir. Il est risqué d'accueillir nos fragilités à bras ouverts, mais pas aussi dangereux que de renoncer à l’amour, au sentiment d’appartenance et à la joie - les expériences que nous rendent les plus vulnérables. Ce n’est qu’en ayant le courage d’explorer l’obscurité que nous découvrirons le pouvoir infini de notre lumière, Brené Brown

Pour aller plus loin: "Cessez d'être parfait, soyez vous-même", Brené Brown, LeducsEditions, novembre 2016, 2017 pages

Jeudi 15 février 2018
Catégorie: Articles

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016