L’entreprise comme un organisme vivant

Et si nous considérerions l’entreprise comme un organisme vivant, et non pas comme une machine sans âme, comme un insipide millefeuille de procédures ? Et si l’entreprise s’inspirait de la nature, de ses codes, comment se comporterait-elle ? Son "espérance de vie" s’allongerait-elle ? La réponse est : oui - rencontre avec Martin Reeves, et Frédéric Laloux.

On ne change pas les choses en combattant la réalité existante. Pour changer quelque chose, construis un nouveau modèle qui rendra l'ancien obsolète, Richard Buckminster Fuller.

"J'ai commencé à m'intéresser à la biologie et à l'économie, et aussi à la longévité et à la résilience, quand le PDG d'une multinationale en technologie m'a posé une question très inhabituelle. La question était : « Que devons-nous faire pour nous assurer que notre entreprise tienne 100 ans ? » Une question innocente, en apparence, mais bien plus délicate qu'il n'y paraît - compte tenu du fait que l'espérance de vie moyenne d'une entreprise américaine est de 30 ans," explique Martin Reeves dans sa conférence TED "How to build a business that lasts 100 years". Et de rajouter: "Quoi de mieux pour trouver conseil que de se tourner vers la nature, qui se trouve dans le business de la vie et de la mort depuis plus longtemps que n'importe quelle entreprise."

"J'ai ainsi décidé de contacter immédiatement un vrai biologiste, mon ami Simon Levin - professeur de biologie et de mathématiques à l'Université de Princeton. Ensemble, nous avons analysé des systèmes biologiques très variés, allant du système immunitaire humain, des forêts tropicales naturelles aux forêts aménagées et aux poissonneries. Nous nous sommes demandés : qu'est-ce qui rend ces systèmes résilients et durables ?"

De leur étude, Martin et Simon ont dégagé six principes. Six principes "qui sous-tendent que le miracle qu'est le système immunitaire humain, réapparaissent encore et toujours, de la redondance à l'intégration. Nous avons aussi continué à étudier l'économie, et avons trouvé que ces mêmes propriétés caractérisaient les entreprises résistantes et d'une grande longévité. Aussi, nous avons noté leur absence dans celles qui étaient les plus éphémères."

"Pour appliquer les principes qui sous-tendent le miracle qu'est le système immunitaire humain, nous devons d'abord envisager l'entreprise de manière différente. Typiquement, lorsque nous pensons aux entreprises, nous utilisons ce que j'appelle « la pensée mécanique ». Nous fixons des objectifs, nous analysons des problèmes, nous élaborons et nous suivons des plans, et plus que tout, nous mettons l'accent sur le rendement et la performance à court-terme. En réalité, c'était un modèle de pensée plutôt bon, dans l'ensemble, jusqu'au milieu des années 80, au moment où la conjonction de la mondialisation et de la révolution technologique et des télécommunications ont rendu l'économie bien plus dynamique et imprévisible. Mais qu'en est-il de ces situations plus dynamiques et imprévisibles, auxquelles nous faisons face aujourd'hui ? Je pense qu'en plus de la pensée mécanique, nous devons désormais maîtriser l'art de la pensée biologique, incarnée par nos six principes. En d'autres termes, nous devons penser plus modérément et subtilement au moment et à la manière avec laquelle nous pouvons influencer, plutôt que contrôler, les situations complexes et imprévisibles."

Les six principes de Martin Reeves et Simon Levin sont

  • Redondance: l'idée est d'avoir plus que ce dont vous avez réellement besoin. Avoir des copies de chaque composant. Objectif ? Créer une protection contre l'inattendu.
  • Diversité: Exploiter intelligemment la diversité. Les composants importent peu. L'intérêt est que, réunies, la diversité de différentes approches permet de gérer plus ou moins tout ce que l'évolution a été capable de construire.
  • Modularité: un design modulaire. Le principe consistant à diviser les choses en plusieurs parties, puis à construire le système à partir de ces «blocs lego». L'idée est que si un module échoue, vous pouvez toujours reconstruire une alternative compatible avec la prise sans endommager le reste du système. L'intérêt est que si un système est défaillant, un autre peut reprendre le contrôle, créant un système quasi infaillible.
  • Adaptation: Développer des "anticorps" spécifiques à des menaces encore jamais rencontrées.
  • Prudence: détecter et réagir à la moindre petite menace, en se souvenant, en plus, de toutes les précédentes, au cas où elles se manifesteraient à nouveau.
  • Intégré: l'idée finale, où les pièces sont construites étroitement dans le système global, même en maintenant la modularité. Le produit est intégré dans le système plus large, et il fonctionne en totale harmonie avec ce système, afin de créer cette protection d'un niveau jamais atteint.

L’organisme, nouvelle métaphore de l’entreprise: appliquer les codes de la nature à l’entreprise. Ou, comme le suggère Frédéric Laloux, auteur du livre "Reinventing Organizations, vers de communautés de travail inspirées" - qui a étudié pléthores d’entreprises innovantes (comme Favi, Harlay Davidson, buurtzorg, Morningstar, etc.), faisant appel à des méthodes de management et d'organisation atypiques, et efficientes, résiliente - il faut penser l’entreprise comme un système vivant.

 

"Les fondateurs d’entreprise innovante parlent d’elles comme un organisme vivant ou un système vivant. La vie gère avec intelligence des écosystèmes d’une beauté infinie, qui vont sans cesse vers davantage d’intégration, de complexité et de conscience. Tout est changement dans la nature, dans un mouvement d’organisation spontanée qui trouve sa source dans chaque cellule de chaque organisme, sans qu’un poste de commandement central donne des ordres ou actionne des manettes. Cette métaphore ouvre des horizons nouveaux. Imaginez des entreprises qui ne seraient pas conçues comme des machines sans âme. Quels résultats n'obtiendraient-elle pas et quelle différence cela ne ferait-il pas pour le travail, si nous les traitions comme des êtres vivants, si nous laissions la force vitale de l’évolution les animer ?"

Ces entreprises connaissent trois avancées qui remettent radicalement en cause le management actuel.

  • L’auto-gouvernance: "transformations des hiérarchies pyramidales et bureaucratiques en systèmes fluides et efficaces d'autorité distribuée et d’intelligence collective."
  • La plénitude: "les entreprises nous ont toujours encouragés à ne montrer qu’un moi “professionnel” tronqué. Les entreprises “organisme vivant” se sont dotées de processus qui nous invitent à baisser le masque, à revendiquer notre intégrité et à venir au travail tels que nous sommes."
  • La raison d’être Evolutive. "Ces entreprises se voient reconnaître une vie propre et la conscience de leur but. Au lieu d’essayer de prévoir et de maîtriser l’avenir, leur personnel est invité à écouter et à comprendre ce qu’elles sont appelées à devenir et la direction qu’elles empruntent naturellement."

Sources, et pour aller plus loin:

- "Reinventing Organizations, vers de communautés de travail inspirées", Frédéric Laloux

- "How to build a business that lasts 100 years," Martin Reeves

Lundi 4 décembre 2017
Catégorie: Articles

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016