Et si l’on transformait le risque en chance ?

Conférence TEDxParis: « Et si l’on transformait le risque en chance ? » Pendant 12 minutes, Cyrille de Lasteyrie, exhorte  le public à, non as prendre des risques, mais à saisir leur chance. Un beau témoignage, pleins d’humour.

« Il n’y a aucun risque à changer de vie, à prendre des risques. Le risque n’existe pas, » commence Cyrille de Lasteyrie, avant de raconter une promenade qu’il effectue  avec sa bien-aimé, alors âgé de 18 ans: « je me promène avec ma copine, nous sommes amoureux et je lui dis mon rêve : monter sur scène. » Elle dit que c’est risqué, et lâche cette phrase paralysante : « Combien de chômeur pour un Desproges ? »

« Je l’ai écouté, j’ai  renoncé à mon projet et pendant plus de 20 ans, j’ai fait autre chose : études de lettre, de marketing, etc. »
En substance, Cyrille rajoute: Notre problème,  c’est que nous, les êtres humains, nous tentons d’anticiper, nous aspirons à devenir les « Nostradamus de notre vie ». Constamment nous élaborons des scénarios et si je fais ça, il peut se passer cela, et cela, et cela, etc.

De temps en temps la vision est positive, de temps en temps elle est négative. Mais, dîtes moi : combien de fois dans votre vie votre  vision s’est-elle exactement réalisée  telle que vous l’aviez imaginé ? Notre système d’analyse de nos risques est faux.

Aussi, je n’aime ce mot « risque », car il est trop négatif. Je préfère l’équivalent anglais de l’expression française « prendre un risque », et qui est « take a chance ». Prendre le risque de faire ce que vous avez envie de faire, pour être vous-même, pour être aligné, pour être heureux.
Aussi, je vous conseille de faire un pas. Même un petit pas vers le changement. Moi, je l’ai fait en 2013 ; lorsque j’ai adressé un email à Michèle Laroque et où je lui ai écrit : « J’ai  lu dans votre bio que vous n’aviez jamais mis personne sur scène. Je trouve que c’est dommage. Je suis prêt à être votre cobaye. Accordez-moi un café. »
On a pris un café, un an après j’étais sur scène, au « Point-Virgule ».

J’ai mis 26 ans à transformer le risque en chance. C’était long, mais c’est bon. D’où ma question, pour vous : Qu’est-ce que vous allez faire pour, dès demain, saisir votre chance ?

tedx

 

 

Jeudi 23 juillet 2015
Catégorie: Articles

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016