Idriss Aberkane: Libérez votre cerveau

"Jouer, c’est la façon normale d’apprendre pour le cerveau. Pas la façon exceptionnelle, mais la façon normale."

Spécialiste des neurosciences, Idriss Aberkane dévoile sa méthode pour libérer notre cerveau à l'école, au travail, et dans la vie de tous les jours. "Nous sommes tous des prodiges," clame-t-il dans son pamphlet de 288 pages intitulé "Libérez votre cerveau" avant de plaider pour la neuroergonomie. Nous ne faisons pas un bon usage des incroyables capacités de notre cerveau. Et pour pleinement les exploiter, la recette est simple: jouer un maximum ! "Jouer, c’est la façon normale d’apprendre pour le cerveau. Pas la façon exceptionnelle, mais la façon normale."

"Nous n’utilisons pas bien notre cerveau. A l’école, au travail, en politique, nous n’utilisons pas ergonomiquement notre cerveau. Les conséquences de ce mauvais usage sont diverses, mais elles ont en commun le mal-être, la pétrification mentale et l’inefficacité," écrit Idriss Aberkane en préambule de son livre "Libérez votre cerveau", avant de plaider pour la neuroergonomie, qui est l’art de bien utiliser le cerveau humain.

Pour libérer notre cerveau, changeons notre éducation

Lors d’une conférence TED - "Y a-t-il une vie avant la mort ?" - l’agro-agriculteur et philosophe Pierre Rabhi, expliquait: "Et puis, la grande proclamation de la modernité,c'est que le progrès allait, en quelque sorte,libérer l'être humain.Mais moi quand je prenais l'itinéraire d'un être humain dans la modernité,je trouvais une série d'incarcérations. A tort à raison, de la maternelle, à l'université,on est enfermé, on appelle ça un bahut.Tout le monde travaille dans des boites,des petites, des grandes boites, etc.Même pour aller s'amuser, on y va "en boite". Bien sûr, dans sa "caisse", bien entendu. Et puis vous avez la dernière boîte, où on stocke les vieux, en attendant la dernière boite que je vous laisse deviner. Voilà pourquoi je me pose la question: existe-t-il une vie avant la mort ?"

"Pierre Rabhi a raison," explique Idriss Aberkane, avant de renchérir: "nous avons créé une grande diversité de boîtes mentales, culturelles ou physiques, dans lesquelles nous avons pris l’habitude de nous enfermer systématiquement. (...) Notre cerveau est effectivement soumis à une succession d’incarcérations que nous finissons par intégrer dans nos schémas de pensée."

Ne rentrez pas dans le moule

"Quand vous grandissez, on a tendance à vous dire que le monde est ainsi fait, et que votre vie ne se résume qu'à vivre dans ce monde. Qu'il ne faut pas trop faire bouger les choses. Qu'il faut essayer d'avoir une jolie petite famille, de s'amuser et de mettre un peu d'argent de côté. Ça, c'est une vie très limitée. La vie peut vous offrir beaucoup plus une fois que vous vous rendez compte d'une chose : tout ce qui existe autour de vous, que vous appelez "vie", a été réalisé par des gens qui n'étaient pas forcément plus intelligent que vous. Vous pouvez changer ça, vous pouvez avoir une influence sur ça, vous pouvez créer des choses que d'autres vont utiliser. Une fois que vous avez compris cela, vous ne serez plus jamais comme avant.

Des paroles de feu Steve Jobs que ne contredit pas Aberkane, au contraire. "Réussir sa vie c’est en prendre le contrôle, c’est assumer son identité, mettre en valeur sa spécificité plutôt que de la brider, assumer sa rondeur quand les trous de la sélection humaine sont carrés, puisque c’est la sélection naturelle qui a validé notre différence. Toute sélection qui n’est pas naturelle est un eugénisme." Et à Steve Jobs lors du mémorable discours - "Comment vivre avant de mourir" - de Standford en 2005 d’expliquer: "Votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant une existence qui n'est pas la vôtre. Ne soyez pas prisonnier des dogmes qui obligent à vivre en obéissant à la pensée d'autrui. Ne laissez pas le brouhaha extérieur étouffer votre voix intérieure. Ayez le courage de suivre votre coeur et votre intuition. L'un et l'autre savent ce que vous voulez réellement devenir. Le reste est secondaire.


 

"Nous avons laissé quelque chose d’extérieur nous définir, alors que cette prérogative sacrée ne pouvait venir que de l’intérieur de nous-mêmes. Et laisser l’extérieur nous définir, c’est une aliénation lente mais abominable, un esclavage qui ne dit pas son nom et auquel les esclaves finissent par collaborer. Une neuro-sagesse que j’ai apprise sur le tas: ne laissez personne d’autre que vous-même définir qui vous êtes.Vous connaître vous-même est votre devoir le plus absolu dans la vie. Tant que vous le négligez, vous n’êtes pas libre. Aussi, tant que vous laissez les autres vous définir, vous n’êtes pas libre."

Si vous voulez changer le monde, changez l'éducation, Nelson Mandela

"Un reproche immense que j’ai à faire à la plupart des écoles que j’ai fréquentées, c’est qu’elles n’hésitent pas à troquer l’émerveillement contre la conformité. Cet échange est une très mauvaise affaire. L’émerveillement est le moteur de l’apprentissage et de la découverte. L’échanger contre les examens, c’est échanger un moteur contre une carrosserie. Paolo Lugari a su résumer cette question en une phrase: il vaut mieux un débutant enthousiaste qu’un prix Nobel déprimé. Combien d’élèves entrent à l’école avec de l’enthousiasme et peu de savoir-faire, et en sortent avec un peu de savoir-faire et plus aucun enthousiasme ? C’est pourtant l’enthousiasme qui motive le savoir-faire, pas l’inverse.

Osez, ayez confiance, désinhibez-vous


 

"La désinhibition chimique permet d’augmenter nos performances justement parce qu’elle joue un rôle sur notre tendance à douter de ces dernières. Or, comme notre cerveau en sait beaucoup moins sur lui-même que ce qu’il peut réellement faire, notre tendance au doute n’est pas toujours en phase avec nos performances possibles. Nous avons en nous des performances “captives, aussi bien sur le plan cognitif que sur le plan physique (...) Et nous pouvons libérer notre cerveau de ses automatismes et de ses peurs. Ce que nous savons est plus “grand” que ce que nous pensons savoir faire. Par ailleurs, notre cerveau a tendance à se conformer à ce qu’il croit de lui-même, et de fait, lorsque nous nous persuadons que nous sommes incapables de réaliser une tâche, nous avons beaucoup plus de chances d’y échouer. C’est un cas typique de prophétie autoréalisatrice.

"Libérez votre cerveau: Traité de neurosagesse pour changer l’école et la société" est un pamphlet riche en informations, écrit d’une manière pédagogique. 288 pages pour mieux comprendre le fonctionnement de votre cerveau. 288 pages pour en exploiter toutes ses ressources. 288 pages pour devenir pleinement Soi.

Données techniques: "Libérez votre cerveau: Traité de neurosagesse pour changer l’école et la société", Idriss Aberkane, Ed. Robert Laffont, 2016, Nombre de pages: 288

Le savoir est la seule richesse que l’on puisse entièrement dépenser sans en rien la diminuer, A. HAMPATÉ BÀ 

Mardi 25 octobre 2016
Catégorie: Articles

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016