Inde: Moi, femme, je peux tout accomplir, Main Kuch Bhi Kar Sakti Hoon

Une série qui a pour thème la place de la femme au sein de la société indienne et qui "puisse être regardée par 400 millions de personnes [audience cumulée pour les deux premières saisons]" est impensable ?, écrit le journal The Indian Express avant d’expliquer que cet impensable est devenu une réalité.

MKBKSH, acronyme de "Main Kuch Bhi Kar Sakti Hoon", et qui veut dire "Moi, une femme, je peux tout accomplir", est la série féministe qui cartonne en Inde. Actuellement, deux saisons sont disponibles, et une troisième est actuellement en tournage.

 

Lancée en 2014 par l’ONG "The Population Foundation of India" (PFI), qui défend les droits des femmes, et réalisée par Feroz Abbas Khan, la série MKBKSH narre l’histoire de Sneha Mathur, une jeune médecin qui décide de quitter une lucrative carrière à Mumbai afin d’exercer dans son village natal. Le déclencheur de cette décision ? Le décès de sa soeur qui est survenu au cours d'un avortement.

The Hindustan Times, information reprise par le Courrier International, explique que la série lève des tabous sur les règles, l’avortement sélectif et les mariages d’enfants. "Les autres séries offrent aux gens ce qu’ils veulent voir, tandis que nous, nous répondons à un besoin", explique Meinal Vaishnav, l’actrice principale de Main Kuch Bhi Kar Sakti Hoon.

 

La série MKBKSH - qui est inspirée par le succès d’un court-métrage réalisé par PFI en 2010: une commande du ministère de la Santé afin de communiquer autour de l’éducation des filles, des droits des femmes, du planning familial et de la responsabilité des hommes sur ces sujets - est accessible sur YouTube via ce lien: https://www.youtube.com/user/mkbksh

Pour aller plus loin: "Moi, femme, je peux tout accomplir", la série aux 400 millions de téléspectateurs, Courrier International, et Inde, la série féministe qui cartonne, Elle. Et Population Foundation of India (PFI)

Lundi 28 août 2017
Catégorie: Articles

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016