La quête du bon psy - Arnaud de Saint Simon

Un article qui ne donne pas de réponses, mais pose une réflexion intéressante et des questions non dénuées de bon sens.

Bernard Accoyer a-t'il déjà fait une psychothérapie ? On peut en douter, à lire la loi encadrant l'usage du titre de psychothérapeute que le président de l'Assemblée nationale a voulue et qui sera appliquée dans les semaines à venir.  Son but semblait tout à fait louable : mieux organiser la planète psy et protéger les patients. A l'arrivée, après sept ans d'hésitations et de controverses, cette loi va réussir le tour de force de rendre le titre de psychothérapeute encore plus flou qu'auparavant, et de réunir presque toute la profession contre elle.

Que faut-il pour être un « bon psychothérapeute » ? L'ensemble des professionnels s'accorde à dire qu'il faut avoir fait des études théoriques solides de psychopathologie, un travail thérapeutique personnel, accepter une forme de supervision par un autre psy expérimenté, signer un code de déontologie, faire partie d'une association de pairs …. et avoir des qualités humaines requises (vaste débat).

Avec cette loi, seront « psychothérapeutes » les psychiatres, sans aucune obligation de travail personnel ou de supervision, ce qui ne manquera pas de médicaliser la souffrance psychique. Mieux : les psychologues, qui eux aussi ont fait des études essentiellement théoriques, pourront exercer la psychothérapie …. mais n'auront pas le droit au titre de psychothérapeute. Les actuels psychanalystes et psychothérapeutes (depuis plus de cinq ans) pourront prétendre au titre de psychothérapeute, mais devront être approuvés par des commissions régionales. S'ils ne sont pas acceptés, ils pourront rejoindre les futurs candidats psychothérapeutes et suivre quantre cents heures de formation théorique et un stage dans des organismes à définir, ou bien encore s'intituler « psychopraticiens ». J'espère que vous y comprenez quelque chose, car j'ai moi un peu de mal à m'y retrouver pour faire cet édito.

Comme à tous ceux qui travaillent à Psychologies, on me demande souvent quel psy choisir ? Quelle méthode ? Combien de temps cela va-t'il durer et coûter ? Et, surtout, comment trouver le « bon psy » ? Question difficile tant la relation thérapeutique est subjective, en partie inconsciente, complexe.

Chacun d'entre nous, au moment où il démarre une thérapie – je suis passé par là – est en fragilité, voire en souffrance, et à besoin d'humanité. Quoi de plus sécurisant qu'un psychothérapeute qui a connu ce même travail, cet état émotionnel, et qui a résolu sa propre équation personnelle ?

On l'aura compris, s'il y a de mauvais psys, comme de mauvais médecins, cette loi ne règle rien. Parce qu'elle privilégie la connaissance au détriment de l'expérience. Parce que je crois que c'est aux professionnels de s'organiser : on sait où mène la psychiatrie d'Etat.

Enfin, parce que le choix d'un psy est infiniment complexe ! Obsédé par le principe de précaution, notre monde moderne veut tout encadrer. A Psychologies, nous préférons informer le patient potentiel, afin qu'il se présente à sa première séance en adulte responsable. Et, surtout, qu'il fasse confiance à son intuition, à son droit de se tromper et de changer de psy. Les meilleurs d'entre eux se distinguent, moins par leur diplôme que par quelque chose d'un peu génial, intuitif, presque sorcier qui nous donne envie de continuer pour savoir pourquoi nous sommes attirés ou troublés.

Edito de Arnaud se Saint Simon extrait de la revue Psychologiesn0 308 du 25 mai 2011

Dimanche 29 mai 2011
Catégorie: Articles

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016