La seule manière de désarmer votre ennemie, c’est de l’écouter, Amaryllis Fox - CIA

L'obscurité ne peut pas chasser l'obscurité, seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine, seul l'amour le peut, Martin Luther King.

Ancienne agente de la CIA pendant 10 ans "Clandestine Service Officer", Amaryllis Fox témoignage sur ce qu’elle a vécu, et prend du recul quant à la notion de gentils, et de méchants. "Tout le monde croit être le gentil", dispose-t-elle. Une analyse anti-manichéenne - deuxième position perceptuelle - que vous pouvez découvrir.

"Si vous vous baladez dans les rues en Iraq ou en Syrie, et que vous posez, aux passants, la question: "Pourquoi les Etats-Unis lancent-ils des bombes ?" IIs vous répondront: "Ils mènent la guerre contre l’Islam". Si vous vous baladez dans les rues, aux Etats-Unis, et que vous posez cette question: "Pourquoi avons-nous été attaqué le 11 septembre 2001 ?", les passants vous répondront: "Ils nous détestent car nous sommes libres."

"Ce sont des histoires fomentées par un petit groupe de gens qui, des deux côtés, amassent pouvoir et richesse en convaincant la majorité qu’il faut continuer à s’entre-tuer (...) En tant d'américain, la question que nous devons nous poser, à propos de notre politique extérieure, est: mettons-nous de l’huile sur le feu ?"

 

La meilleure arme, c'est s'asseoir et parler, Nelson Mandela

"La seule manière de désarmer votre ennemie, c’est de l’écouter," explique Amaryllis Fox, avant de rajouter: "Si vous écoutez vos ennemies, si vous êtes assez courageux pour écouter vraiment leurs histoires, vous pourriez, peut-être, vous rendre compte que vous auriez pu faire la même chose, les mêmes choix - si vous viviez leur vie, et non la votre."

Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé, Nelson Mandela

Au lieu de les écouter, de comprendre leurs attentes, leurs revendications, le comment nous en sommes arrivés là, "il est plus facile de dire que nos ennemis sont le mal incarné", analyse Amaryllis Fox. "Aussi longtemps que votre ennemie est considéré comme un sous-homme psychopathe qui va vous attaquer peut importe ce que vous faites, cela ne se terminera jamais."

L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde, Nelson Mandela

Personne ne naît haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire. Dans "Un long chemin vers la liberté", Nelson Mandela écrivait: "J’ai toujours su qu’au plus profond du cœur de l’homme résidaient la miséricorde et la générosité. Personne ne naît haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire. Même aux pires moments de la prison, quand mes camarades et moi étions à bout, j’ai toujours aperçu une lueur d’humanité chez un des gardiens, pendant une seconde peut-être, mais cela suffisait à me rassurer et à me permettre de continuer. La bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher, mais qu’on ne peut jamais éteindre. Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, il est enfermé derrière les barreaux des préjugés et de l’étroitesse d’esprit. Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté, tout comme je ne suis pas libre si l’on me prive de ma liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité. Quand j’ai franchi les portes de la prison, telle était ma mission : libérer à la fois l’opprimé et l’oppresseur. Certains disent que ce but est atteint. Mais je sais que ce n’est pas le cas. La vérité, c’est que nous ne sommes pas encore libres ; nous avons seulement atteint la liberté d’être libres, le droit de ne pas être opprimés. Nous n’avons pas encore fait le dernier pas de notre voyage, nous n’avons fait que le premier sur une route plus longue et difficile. Car être libre ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. La véritable épreuve pour notre attachement à la liberté vient de commencer.

Mardi 2 août 2016
Catégorie: Articles

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016