Le guide des égarés, et des perplexes, de Jean d'Ormesson

"Qu’est-ce que je fais là ?," tente de répondre Jean d’Ormesson dans son livre "Guide des égarés". "Aujourd’hui comme hier, nous sommes tous des égarés. Nous ne savons toujours pas ce que nous voudrions tant savoir: pourquoi nous sommes nés et ce que nous devenons après la mort. Derrière les accidents de notre vie de chaque jour qui suffisent à nous occuper, les motifs et le sens de notre passage sur cette planète que nous appelons la Terre nous restent très obscurs." Le temps, la pensée, la vie, la mort, le bonheur, la joie, etc. Jean d’Ormesson met des mots simples et puissants sur cet invisible qui nous entoure.


 

Le "Guide des égarés", un manuel de philosophie ? "Ce n’est pas un manuel de philosophie," se défend l’écrivain lors d’une interview organisée par l’éditeur Gallimard, "c’est un livre sérieux mais qui se veut par moment plutôt drôle. Si c’est de la philosophie, c’est ce que Hemingway appelait "de la philosophie avec poignées ", c’est-à-dire facile à transporter" et de rajouter - à la page 45 de son ouvrage: "Le manuel que vous êtes en train de lire est tout, sauf un traité de philosophie. Il n'en présente ni la rigueur, ni le savoir, ni la sévérité un peu triste. Il n'a pas d'autre ambition que de décrire avec audace, avec naïveté, avec gaîté ce monde peu vraisemblable où nous avons été jetés malgré nous et de fournir vaille que vaille quelques brèves indications sur les moyens d'en tirer à la fois un peu de plaisir et, s'il se peut, de hauteur."

Pourquoi ce titre: "Guide des égarés" ? En référence au Moré Névoukhim - littéralement, "Guide des perplexes", livre rédigé autour de 1190 en arabe et souvent traduit en "Guide des égarés" - l’œuvre du philosophe Moïse Maïmonide (1135-1204). D’où cette question: sommes-nous plutôt égarés ou plutôt perplexes ? "Les deux en même temps ! Mais être perplexe signifie se poser des questions. Or il y a des gens qui ne se posent pas de questions, mais ils sont tout de même égarés. Donc je dirais que nous sommes surtout des égarés."

Et donc, que faisons-nous là ? Quelques pistes de réflexions peuvent s'esquisser autour de quelques citations: "La vie est vraiment simple, mais nous insistons à la rendre compliquée," selon Confucius ; "Il faut faire de sa vie un chef d’oeuvre," selon Goethe ; "En te levant le matin, rappelle-toi combien est précieux le privilège de vivre, de respirer et d’être heureux," selon Marc-Aurèle. Et peut-être trouverez-vous un début de réponse au sein du "Guide des égarés," de Jean d’Ormesson. 

Le bonheur n'est pas un exercice narcissique et solitaire. Il tombe, comme par hasard, sur la tête et dans le coeur de ceux qui, loin de s'occuper d'eux-mêmes, s'occupent plutôt d'autre chose - et des autres

Données techniques: "Guide des égarés", Jean d'Ormesson, Gallimard, 119 pages

Lundi 23 janvier 2017
Catégorie: Articles

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016