L'Effectuation pour construire votre projet entrepreneurial

Au lieu de se fixer des objectifs et de trouver des ressources pour les atteindre, et si, selon nos ressources actuelles, nous nous fixions des objectifs ? Préférez-vous la logique causale et donc travailler en "faire pour" - soit travailler sur un objectif précis, avec un cerveau contraint par le but, une pensée linéaire ? Ou préférez-vous la logique effectuale, et donc travailler en "faire avec" - soit partir de moyens donnés et voir ce que l’on peut faire ? Deux logiques différentes, et complémentaires. Découvrez les principes de l’effectuation, avec Philippe Silberzahn et Gérald Enrico

Je ne sais pas où je vais à partir de là, mais je vous promets que ça ne sera pas ennuyeux, David Bowie

Philippe Silberzahn et Gérald Enrico sont les auteurs d’un ouvrage, qui peut être gratuitement consulté, et qui se nomme: "L’ effectuation en action: Construire votre projet entrepreneurial et développer votre entreprise en utilisant les principes de l’effectuation." Dans cet ouvrage, les auteurs présentent l’effectuation, un paradigme pragmatiste du management.

"L’Effectuation est un néologisme introduit par la chercheuse américaine d’origine indienne Saras Sarasvathy en 2001. Ancienne entrepreneuse, Sarasvathy entreprend une recherche sur l’entrepreneuriat à partir d’une observation simple : elle ne se retrouve pas dans ce qu’elle lit à propos de l’entrepreneuriat dans les ouvrages ou les articles scientifiques. Elle pose alors la question suivante : comment les entrepreneurs prennent-ils leurs décisions ? Existe-t-il une logique entrepreneuriale ?"

"À partir d’une recherche approfondie, elle va mettre en lumière cinq principes que suivent les entrepreneurs lorsqu’ils développent leur projet. Ces cinq principes sont regroupés sous le nom d’« Effectuation »."

"L’Effectuation s’oppose à la causation. La causation (ou logique causale) consiste à déterminer un but, et à obtenir les moyens nécessaires pour l’atteindre. C’est la logique dominante enseignée en management. C’est ce qui motive la rédaction d’un plan d’affaire pour les entrepreneurs. Le problème c’est qu’il n’est pas facile de déterminer des buts (trop ambitieux ? Pas assez ?) et surtout qu’on est jamais sûr de réussir à obtenir les ressources nécessaires, et que cela prend du temps. Au contraire, l’effectuation part des moyens pour déterminer les buts. L’entrepreneur se dit « Que puis-je faire avec les moyens dont je dispose ? » Ces moyens sont par définition disponibles, l’entrepreneur peut commencer immédiatement, sans rien demander à personne. En outre, nous verrons que l’entrepreneur détermine ses buts en s’associant avec des parties prenantes, comme un ami, un premier client, un partenaire, etc."

Les 5 principes de l’effectuation

Principe 1 : l’entrepreneur démarre avec ce qu’il a sous la main

"Plutôt que se fixer un but et de chercher les moyens de l’atteindre, l’entrepreneur considère les moyens dont il dispose et se demande ce qu’il peut faire avec. C’est assez logique: dans le premier cas, on peut se fixer des buts très ambitieux, sans jamais avoir la moindre chance d’obtenir les ressources qui seraient nécessaires. C’est le syndrome du «Ah si seulement j’avais 500 000 euros, je pourrais… » De quoi disposent donc les entrepreneurs ? Tout individu dispose de trois ressources fondamentales: qui il est, ce qu’il connaît et qui il connaît."

Principe 2 : l’entrepreneur raisonne en termes de perte acceptable

"En décidant de ses actions, l’entrepreneur est rarement capable d’anticiper ce qu’il en obtiendra. Quand on conçoit un produit, on utilise des ressources aujourd’hui, et donc de manière certaine, pour vendre un produit demain, donc de manière incertaine. On ne sait pas si on réussira à fabriquer le produit, on ne sait pas en quelles quantités ni à quel prix on réussira à le vendre. Comprenant cela, les entrepreneurs basent leur décision non pas sur le gain attendu, mais sur la perte acceptable. L’entrepreneur se dit je vais faire telle action, cela va prendre telle durée et me coûter tel montant. Je ne sais pas ce que ça va donner, mais ce n’est pas grave car si ça ne donne rien, je peux me permettre de perdre ce temps et cet argent.»"

Principe 3 : l’entrepreneur construit un patchwork fou

"Nous l’avons vu, l’entrepreneur définit de nouveaux buts en fonctions des ressources dont il dispose. Comment acquière-t-il ces ressources ? Au début, il en possède trois qui sont universelles : qui il est, ce qu’il connaît et qui il connaît. C’est précisément en se tournant vers qui il connaît qu’il acquiert d’autres ressources en leur demandant « comment pouvez-vous m’aider ? » Celui qui décide de l’aider, par exemple en lui prêtant un bureau ou en lui pré-commandant un exemplaire de son produit, devient partie prenante à son projet. De nouvelles parties prenantes apportent des ressources, ce qui permet d’avoir des buts plus ambitieux, qui amènent de nouvelles parties prenantes. Le projet est donc comme un patchwork dont chacun apporte une pièce, sans qu’on sache à l’avance qui va apporter quoi."

Principe 4 : la limonade — l’entrepreneur tire parti des surprises

"Les anglo-saxons ont une jolie expression: si la vie vous envoie des citrons, vendez de la limonade. Les entrepreneurs savent que la vie est faite de surprises. Plutôt que passer des semaines à planifier leur projet, ce qui ne leur évitera jamais ces surprises, ils s’arrangent pour tirer parti de celles qui se produiront. Le temps passé à planifier est ainsi plus utilement consacré au développement du projet."

Principe 5 : l’entrepreneur transforme son environnement

"L’entrepreneur ne prédit pas ce qui va se passer dans son environnement, il en est tout aussi incapable que vous et moi, mais participe à sa transformation. Ce faisant, l’entrepreneur reprend le fameux adage « la meilleure façon de prédire l’avenir est de le créer soi-même. » Ce principe invite donc l’entrepreneur à passer de « Quel est l’avenir du marché X ? » à « Comment puis-je transformer mon environnement pour que le marché X émerge ? » Il s’agit d’un changement de posture tout à fait fondamental."

Le processus entrepreneurial

La viabilité du projet en quatre étapes clefs

Pour en savoir plus sur l'effectuation: "L’ effectuation en action: Construire votre projet entrepreneurial et développer votre entreprise en utilisant les principes de l’effectuation," Philippe Silberzahn et Gérald Enrico, cliquez ici pour accéder à l'ouvrage !

Mardi 30 janvier 2018

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016