MADELINE MILLER, LE CHANT D'ACHILLE

Un livre magnifique qui va infiniment plus loin que la mythologie et atteint l'universelle humanité. Pour que cette découverte devienne aussi la votre...

Madeline Miller, Le chant d'Achille. Dans la geste furieuse de la guerre de Troie, Madeline Miller choisit d'exalter l'amour entre Achille et Patrocle. Homère n'aurait (presque) pas fait mieux.

« On dirait que toute ma vie n’a été qu’un travail de recherche en vue de ce livre », dit-elle, jointe par « Le Monde des livres » au téléphone dans le Massachusetts, où elle vit. Madeline Miller, née en 1978 sur la Côte est des Etats-Unis, avait 5 ans lorsque sa mère commença à lui lire L’Iliade et L’Odyssée. « Je trouvais ça absolument fascinant et ne pouvais pas m’en lasser. » Au point d’aller perfectionner ses connaissances sur le monde antique aussi souvent que possible au Metropolitan Museum of Art de New York – « Je traînais toujours ma mère devant les mêmes collections des antiquités grecques, étrusques et romaines », se souvient-elle.

"Si d'autres épisodes de L'Iliade ont déjà donné matière à roman – notamment l'admirable Une rançon, de l'Australien David Malouf, où Priam, vieux roi de Troie, traverse le camp ennemi pour récu­pérer auprès d'Achille le corps de son fils Hector (1) –, chez Madeline Miller règne une grâce singulière et ténue, entre frénésie politique et intimité de l'amour. Elle ne porte jamais le drapeau de la cause gay à travers ses deux héros, elle fait juste de leur histoire une élégie racinienne." ( Fabienne Pascaud, Télérama)

Mardi 27 octobre 2015

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016