Nos vies prisonnières, une BD de Parno et Castaza: qui ne s’est pas un jour senti otage de sa propre vie ?

Et si nous étions prisonniers de nos vies ? Et si notre vie n’était pas celle que nous voulions vivre ? Et si nos choix n’étaient pas vraiment nos choix ? La BD "Nos vies prisonnières" suit le parcours de vie de gens ordinaires qui, à un moment donnée de leur existence, se questionnent: ma vie est-elle subie, ou choisie ? Ai-je le pouvoir de décider de mon avenir ? Ai-je vraiment la possibilité de changer, de bifurquer vers autre chose ? Ne suis-je, finalement, pas otage de ma propre vie ?

Julien Vigan est médecin généraliste. Une vocation qui n’est pas la sienne, lui qui souhaitait devenir écrivain. Un soir, alors qu'il est en congés, une voix hurle dans le restaurant dans lequel il est avec sa femme: “y-a-t-il un docteur ?” Quelques instants plus tard, Julien se retrouve au chevet d'un pauvre monsieur, mourant, et qui, avant de passer de vie à trépas, lui fait promettre de porter à son fils un manuscrit.

 

Ce manuscrit est en fait une longue lettre destinée à son fils, un fils qu’il a abandonné. "Je t’écris, non pour m’excuser, car ce que j’ai fait est inexcusable. Je t’écris pour que tu ne suives pas mes traces, pour que tu vives, toi, en homme libre. Je t’écris pour te servir d’exemple à ne pas suivre. Je t’écris pour que ma trahison te serve au moins à ne pas répéter mes erreurs. Je t’écris pour que tu ne te laisses pas enfermer dans une vie qui n’est pas la tienne. Je t’écris pour te donner la force d’écouter ton coeur, de choisir et être fidèle ensuite à tes choix (...) Oublie-moi, mon fils, et va vers ta lumière."

Jean-louis avait une femme, un fils, un toit, et le boulot de ses rêves, croyait-il. Jean-louis suivait un plan de vie qui pensait être le sien. Jusqu’à ce qu’un événement lui fasse prendre conscience que cette vie n’était pas celle qu’il souhaitait vivre. Ecrasé par une existence qu’il n’a finalement pas choisi, Jean-louis, déboussolé, craque, et fuit en abandonnant sa femme et son enfant.

"J’ai fui au hasard, le plus loin possible, j’allais où on voulait bien m’emmener. J’ai utilisé ma carte bancaire quelques fois, pour acheter l’indispensable, mais je ne voulais pas vous dépouiller. Je ne pensais pas, j’avançais, j’essayais d’être le plus loin possible de moi-même."

Bouleversé par ce témoignage, Julien mène son enquête afin de retrouver ce fils.

"Nos vies prisonnières", scénario de Parno / dessins de Phil Castaza, nous fait réfléchir sur notre existence: en sommes-nous maître ? Nous échappe-t-elle ? "Nos vies prisonnières" nous fait questionner sur le sens de notre vie, sur nos engagements, sur nos priorités. "Nos vies prisonnières" nous incite à suivre notre lumière, notre étoile, nos rêves, notre vocation - même sans les atteindre, au moins essayer. Une belle BD à découvrir, et à offrir !

Données techniques: "Nos vies prisonnières", scénario de Parno / dessins de Phil Castaza, février 2019, BAMBOO édition, 144 pages

Jeudi 6 juin 2019
Catégorie: Articles

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016