Prise de décision irrationnelle, et mentalisme

"Dans un instant, je vais induire votre esprit en erreur," annonce Remi Larousse, mentaliste, avant de rajouter: "Et l'objectif sera d'en tirer quelque clés pour améliorer nos prises de décision." Tout comme il est impossible de ne pas se laisser prendre aux illusions d’optiques, nous esprit nous présente des illusions de décisions. "C’est (vraiment ?) moi qui décide ?," se demande Dan Ariely, professeur en économie comportementale. La réponse est contrastée, et rien de telle qu’un tour de "mentalisme", pour nous infiltrer dans les méandres des biais cognitifs. Et de réagir en conséquence.

 

"Chaque décision comporte un enjeu et une responsabilité, et c'est pour cela qu'il est si difficile de faire les bons choix. Comment notre esprit rationnel réagit face à une prise de décision ? Et pourquoi, parfois, lorsque nous décidons, nous nous trompons, tout en étant persuadé d'avoir raison ?," interroge Remi Larousse lors d’une conférence TED intitulée "Quand un mentaliste fausse nos prises de décision", avant de rajouter qu’il allait induire les esprits du public en erreur. Et ce qu’il fait, avec brio et humour.

Biais cognitifs. Comment s’y est-il pris ? Comment Remi a-t-il deviné le prénom auquelle a pensé cette participante ? Et comment a-t-il pu savoir quel dessin cette même participante avait croqué ? Soit vous pensez que cette participante est complice, soit que la réponse est liée à la manière dont fonctionne notre cerveau.

Dan Ariely, professeur en économie comportementale, mène depuis des décennies des travaux sur les mécanismes de nos prises de décision. Auteur de l’ouvrage "C’est (vraiment ?) moi qui décide ?", Ariely explique: "Depuis la vingtaine d’années que j’étudie ce qui influence réellement (j’insiste sur le “réellement”) nos décisions quotidiennes, j’ai eu l’occasion d’observer quelques paradoxes plutôt originaux. A votre avis, pourquoi s’engage-t-on si souvent à suivre un régime, et oublie-ton cette promesse sitôt le dessert commandé ? Pourquoi se sent-on parfois obligé d’acheter des choses dont on a pas besoin ? Pourquoi une aspirine à cinq centimes ne chasse-t-elle pas les maux de tête, alors que ceux-ci disparaissent quand le cachet coûte cinquante centimes ?"

Des questions dont toutes les réponses sont apportées dans l’ouvrage de Dan Ariely. Qui définit l’objectif de son livre: "Le présent ouvrage s’intéresse à l'irrationalité humaine - cette distance qui nous sépare de la perfection. A mes yeux, pouvoir repérer l’instant où l’on s’écarte de l’idéal est un élément essentiel de la compréhension de soi (...) Nous ne sommes pas seulement irrationnels, mais d’une irrationalité prévisible - une irrationalité récurrente et répétitive. Que vous vous situiez dans un cadre privé en tant que consommateur, ou professionnel en tant que décideur, quand vous aurez compris à quel point votre irrationalité est prévisible, vous aurez fait le premier pas vers de meilleurs prises de décision, le premier pas vers des changements salutaires." Et de conclure: "Nous sommes le jouet de forces qui nous restent, pour l’essentiel, inconnues. En général, nous croyons maîtriser la situation, les décisions que nous prenons ainsi que la direction que suit notre existence ; or cette vision tient plus du désir que de la réalité." Et comment se jouer de ces forces ? Surtout, quelles sont ces forces ?

 

Dans le cas du tour de "mentalisme", trois ont été utilisé pour induire les spectateurs en erreur: le cadrage serré, les fausse corrélations, l’excès d’informations. Remi Larousse revient sur chacun de ces "pièges", et y apporte des solutions.

Cadrage serré. "Notre esprit a mis en œuvre inconsciemment, ce qu'on appelle un cadrage serré. Le cadrage serré, c'est lorsque nous réduisons naturellement nos possibilités de choix. Et la cause du cadrage serré, c'est le fait que notre cerveau simplifie en permanence. Il doit simplifier pour gérer la complexité du quotidien.Comment minimiser les conséquences de ce piège de la pensée ? En posant des questions alternatives, en élargissons notre vision.

Fausses corrélations. "Le second piège que j'ai utilisé lors de la séquence de mentalisme c'est ce qu'on appelle : « Les fausses corrélations ». Les fausses corrélations, c'est quoi ? C'est notre capacité à créer des liens de cause à effet, entre des éléments qui ont peu en commun pour créer du sens et nous convaincre." Comment minimiser les conséquences de ce piège de la pensée ? En prenant du recul, et se faire l'avocat du diable, et de l'ange: "et si l'option que j'aime le moins, qui me semble pas crédible était en fait ma plus pertinente ?"

Excès d'informations. Le troisiéme piège, "c'est l'excès d'informations. C'est juste que votre esprit n'a pas su distinguer les informations importantes de celles qui étaient superflues." Comment minimiser les conséquences de ce piège de la pensée ? "En prenant de la hauteur par rapport aux informations et aux données collectées. Et pour cela, il y a un outil, que j'aime bien, qui s'appelle le 10/10/10. Le 10/10/10, c'est un outil qui permet de se projeter dans l'avenir, et de penser la décision en fonction de 3 échéances chronologiques. Qu'en pensera-t-on dans 10 minutes ? Qu'en pensera-t-on dans 10 mois ? Qu'en pensera-t-on dans 10 ans ?"

"Songez aux illusions d’optique: impossible de ne pas s’y laisser prendre", explique Dan Ariely, "de même, notre esprit nous présente des illusions de décision. Nos environnements visuel et décisionnel sont filtrés par nos cinq sens, ainsi que par notre cerveau. Le temps que nous saisissons et digérions l’information, elle ne reflète plus forcément la réalité. Elle est devenue notre représentation de cette dernière, sur laquelle nous allons baser nos décisions." Mais l'irrationalité n’est pas une fatalité. "Si nous arrivons à déterminer à quel moment nous faisons erreur, alors nous pourrons nous efforcer à davantage de vigilance, à une nouvelle approche de nos prises de décision."

Sources: 

Pour aller plus loin sur les biais cognitifs, cette "playlist" de la chaine YouTube "Science étonnante"

Article rédigé par McGulfin / Fabien Salliou

Lundi 21 novembre 2016
Catégorie: Articles

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016