Zététique, art du doute et autodéfense intellectuelle

L’université de Grenoble réhabilite l’art du doute, titre le journal Le Monde. Et plus exactement la faculté disposera un cours qui s’intitulera: "Zététique & autodéfense intellectuelle."

Selon Richard Monvoison de l’Observatoire zététique, la Zététique ou "l’art du doute" peut se définir comme: "Dérivant du verbe grec zêtein (chercher), la zététique désigne, au IIIe siècle avant l’ère chrétienne, le “refus de toute affirmation dogmatique” (école de Pyrrhon). Utilisé par Montaigne, Viète, Thomas Corneille, le mot échoue dans le Littré de 1872 puis dans le Larousse de 1876 comme “nuance assez originale du scepticisme : c’est le scepticisme provisoire, c’est (…) considér[er] le doute comme un moyen, non comme une fin, comme un procédé préliminaire, non comme un résultat définitif”. Le mot est finalement repris dans les années 1980 pour désigner l’enseignement critique en question."

Si vous souhaitez en savoir plus sur la Zététique, vous pouvez consulter la chaîne YouTube "Instant Sceptique", où vous pourrez apprécier la vidéo, par exemple, d’Henry Broch - notamment co-auteur avec le physicien Georges Charpak de “Devenez sorciers, devenez savants.” Henry Broch y explique son approche de la zététique, et pourquoi il s'attèle à détricoter les grosses et croyantes ficelles du paranormal. Comment réagir face à un événement paranormal ? Quelles questions devons-nous nous poser ? Comment ne pas tomber dans la croyance et se laisser guider par une approche scientifique ?

De même, "Instant Sceptique", consacre une longue et captivante vidéo sur la hasard.Le sociologue Gérald Bronner revient sur l’incapacité de l’être humain à apprécier le hasard, et nous donne quelques clefs comme "la taille de l’échantillon", le "biais de confirmation" qui, en en ayant conscience, permet à tout individu de prendre du recul, et de mieux analyser ce qui arrive. Car, oui, si vous lancez une pièce, et que vous venez de faire 4 fois “pile”, vous avez encore 50% de chances de faire un autre "pile". Et non, vous n’avez pas plus de chances de faire un “face”. Si vous trouvez cela contre intuitif, n'hésitez pas à regarder la vidéo ci-dessous.

Sources:

Mardi 20 décembre 2016

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016