Casser vos mauvaises habitudes avec la yes list

Comment casser ses mauvaises habitudes et les remplacer par d’autres ? La revue Harvard Business Review propose un outil simple et efficace: la "yes list".

"Lorsque nous avons un nouvel objectif, nous sommes plein d’énergie, et d’enthousiasme. Et pendant les premières semaines, nous souhaitons ardemment que notre but soit atteint," débute l’article de la revue Harvard Business Review. Puis les semaines passent, l’énergie diminue et l’objectif ressemble de plus en plus à une bonne résolution de nouvelle année - pour, petit à petit, devenir un voeux pieux. "Nous sommes moins susceptibles de réussir si nous ne pouvons, fréquemment, pister et apprécier nos progrès." Une simple stratégie à mettre en place est ainsi de créer une "yes list".


 

Dans un tableur - style Excel, ou openOffice, ou équivalent - vous créez une colonne à gauche et dans laquelle vous recensez vos objectifs. En ordonnée, vous renseignez les mois et les jours de l’année. Et à chaque jour, pour chaque objectif, vous vous évaluez. L’ai-je atteint ? Si, oui, vous mettez un "Y" pour "yes" ou un "O" pour "oui", et un "N" pour "no" ou "non".

Vous pouvez aussi choisir de mettre en place une échelle de grandeur: et à chaque jour noter votre progression - sur une échelle de 1 à 5, par exemple. Ensuite, pourquoi ne pas réaliser un camembert ou un histogramme qui, pour tous vos "oui" et tous vos "non", établira une vision d’ensemble ?

L’important, c’est de bien déterminer vos objectifs. Des objectifs ni trop conséquents, ni trop petits pour ne pas vous noyer sous les données. Aussi, nous vous conseillons d’adopter les critères de bonnes formulations d’un objectif - que vous avez pu apprécier pendant la formation "Les Bases de la PNL" et que vous pouvez vous remémorer via cette vidéo.

Au niveau des "bonnes résolutions de la nouvelle année", étant donné que plus de la moitié d’entre-elles échouent, un conseil est soit d’en prendre moins, soit pas du tout. Sinon, avez-vous pensé à vous pré-engager ? Comme le rapportait Time To Sign Off en janvier 2017, "l’inventeur du pré-engagement, c’est Ulysse ordonnant à ses marins de ne pas le détacher du mât quand il entendra le chant des sirènes. Ulysse sait que le seul moyen de résister à la tentation, c’est, avant d’y être soumis, de restreindre volontairement sa liberté d’y céder. Fort heureusement, depuis Ulysse, les choses ont un peu progressé et aujourd’hui, si vous n’avez pas de marins disciplinés sous la main, la technologie peut vous aider. Stickk, créé par des économistes comportementaux de l'université de Yale, a permis à 300.000 personnes de créer un "contrat de pré-engagement". Exemple : si, dans 3 mois, vous êtes toujours en retard aux réunions, Stickk débite votre carte bleue pour faire un don au parti politique que vous détestez le plus, et en informe tous vos amis via Facebook."

Pour aller plus loin: Les critères - ou conditions - de bonnes formulations d'un objectif ( Pour qu'un objectif présente des chances de mobiliser les ressources personnelles d'une manière optimale. - Formulé positivement - Sous le contrôle de la personne - Testable sensoriellement - Contextualisé - Ecologique - L'objectif de l'objectif - Le prix à payer - La cohérence par rapport à la direction).

Vendredi 10 février 2017
Catégorie: Articles

Institut Ressources SPRL à finalité sociale © 2016